Pourquoi la Nagra compte les lézards


Le dépôt en couches géologiques profondes vise à protéger durablement l’homme et l’environnement des risques liés aux déchets radioactifs. Mais la construction et l’exploitation du dépôt doivent aussi être compatibles avec l’homme et l’environnement. Pour s’en assurer, une étude d’impact sur l’environnement doit être réalisée dans le cadre de notre projet du siècle.

Partager la page

Lorsqu’on parle de dépôt en couches géologiques profondes, beaucoup pensent avant tout à la sûreté qui doit être assurée pour des centaines de milliers d’années, durée pendant laquelle l’homme et l’environnement doivent être protégés des déchets radioactifs. Cela est correct mais ne suffit pas. Il s’agit également de protéger l’homme et l’environnement des effets indésirables durant la construction et l’exploitation du dépôt en profondeur. Le projet doit être compatible avec l’environnement. En Suisse, un grand nombre de projets de construction doivent faire l’objet d’une étude d’impact sur l’environnement (EIE). Des grandes fermes et installations industrielles aux nouveaux téléskis et terrains de golf, en passant par les installations hydroélectriques et les éoliennes : les autorités regardent de près si les grands projets de construction sont conformes aux prescriptions du droit de l’environnement – elles évaluent et approuvent, le cas échéant, l’EIE.

Flore & faune, eaux souterraines et surfaces d’assolement

Afin de pouvoir évaluer l’impact environnemental du dépôt en profondeur, les autorités fédérales ont besoin d’un inventaire de l’état initial. Celui-ci est consigné dans le rapport d’impact sur l’environnement (RIE). Les principaux domaines examinés pour mesurer l’impact environnemental du dépôt en profondeur sont la flore et la faune, les eaux souterraines et les surfaces d’assolement. Pour établir l’état des lieux, la Nagra collabore avec des spécialistes de CSD Ingenieure.

 

Flore & faune

Dans le domaine de la flore et de la faune, il s’agit en premier lieu d’espèces animales et végétales qui se trouvent sur la liste rouge des espèces menacées en Suisse. « Actuellement, nous nous rendons régulièrement sur place à la recherche d’espèces animales ou végétales protégées » explique Seraina Kauer, spécialiste de l’aménagement du territoire et de l’environnement chez la Nagra. Afin de repérer les espèces animales concernées, des tôles ondulées sont disposées à plusieurs endroits dans l’Haberstal et dans les environs. « Tôt le matin, on trouve sous ces tôles des orvets et des lézards, et parfois aussi des espèces plus rares comme les couleuvres à collier » déclare Kauer. « Si nous trouvons des espèces à protéger, nous devons prendre des mesures pour compenser l’impact de notre projet sur ces espèces. On parle ici de mesures dites de compensation » ajoute Kauer. Si des espèces figurant sur la liste rouge sont concernées, des habitats de remplacement doivent être créés dans le canton, dans lesquels les espèces pourraient être déplacées.

L’essentiel en bref


Le projet du siècle du dépôt en profondeur a pour objectif de protéger durablement l’homme et l’environnement des risques inhérents à nos déchets radioactifs. Pour que la construction et l’exploitation du dépôt en profondeur soient compatibles avec l’homme et l’environnement, une étude d’impact sur l’environnement (EIE) doit être réalisée dans le cadre du projet de dépôt en profondeur. Les autorités fédérales évaluent alors si notre projet respecte toutes les prescriptions du droit de l’environnement. Les autorités définissent les mesures à mettre en œuvre pour que l’EIE de notre projet soit approuvée. L’EIE concerne entre autres la flore et la faune, les eaux souterraines ainsi que les surfaces d’assolement et les sols. L’EIE joue un rôle-clé dans la procédure d’autorisation du dépôt en profondeur.

Eaux souterraines

Dans le domaine des eaux souterraines, il s’agit de connaître la localisation, la quantité et la direction d’écoulement. Dans le Dorfbachtal, en face de l’Haberstal, il existe déjà des données de mesure en raison de l’exploitation de gravier. Dans l’Haberstal, aucune étude des eaux souterraines n’a encore été réalisée. C’est pourquoi des mesures dites géoélectriques doivent être effectuées en octobre. Le résultat de ces mesures est une série de coupes en 2D de l’Haberstal. Les coupes 2D montrent le sous-sol rocheux et la roche meuble qui le recouvre, dans laquelle se trouvent potentiellement les eaux souterraines. « Sur la base des résultats des mesures géoélectriques, nous réaliserons ensuite quatre petits forages » explique Kauer. Les forages auront une profondeur de 10 à 30 mètres et seront réalisés entre novembre 2023 et janvier 2024. Les trous de forage seront ensuite transformés en points de mesure afin de recueillir des données supplémentaires sur les eaux souterraines présentes.

 

Surfaces d’assolement

Les terres agricoles de très bonne qualité sont désignées comme surfaces d’assolement (SDA). Les SDA constituent environ 40 % de la totalité des surfaces agricoles utiles de la Suisse et sont protégées. Si un projet utilise de telles surfaces, elles doivent faire l’objet d’une compensation dite en nature. Cela signifie qu’une surface de remplacement équivalente doit être créée ailleurs dans le canton. Des sols de moins bonne qualité peuvent être revalorisés de telle sorte qu’ils soient désormais considérés comme des surfaces d’assolement. « Ou nous utilisons d’anciennes décharges ou gravières pour y créer de nouvelles surfaces d’assolement. Notre objectif est de créer les surfaces de remplacement le plus près possible de l’Haberstal » explique Kauer.

 

Seraina Kauer

Optimiser le projet

Pour les projets de construction complexes, comme le dépôt en profondeur, l’EIE se fait en plusieurs étapes. « Dans un premier temps, il s’agit d’obtenir une vue d’ensemble de tous les thèmes environnementaux pertinents. C’est ce à quoi nous travaillons actuellement » déclare Kauer. Au cours de la procédure, les autorités s’expriment à plusieurs reprises sur les rapports et ces derniers deviennent de plus en plus détaillés. En fin de compte, il s’agit aussi d’optimiser le projet au cours des prochaines années : « Par exemple, si nous découvrons un habitat essentiel pour une espèce protégée, nous essaierons d’optimiser le projet de manière à préserver cet habitat. Ou si nous affectons les voies de migration d’amphibiens qu’il convient de protéger, nous créerons des corridors pour continuer d’assurer leur migration » explique Kauer.

Les autorités fédérales définissent les mesures à mettre en œuvre pour construire et exploiter le dépôt en profondeur dans le respect de l’environnement. Les autorités continuent d’accompagner le projet durant sa construction, ce qui permet de veiller à la protection des générations tant futures que présentes.

EIE : qu’est-ce qu’une EIE ?

En Suisse, l’EIE est un instrument important visant à évaluer l’impact d’une installation projetée sur l’environnement. L’impact environnemental est identifié à temps et des solutions respectueuses de l’environnement peuvent alors être trouvées. À la fin de l’EIE, les autorités fédérales définissent les mesures à mettre en œuvre pour construire le dépôt en profondeur dans le respect de l’environnement.

C’est à l’autorité compétente pour l’approbation du projet qu’incombe la responsabilité d’évaluer la compatibilité d’une installation avec l’environnement. Dans le cas du dépôt en profondeur, il s’agit du service spécialisé de la protection de l’environnement de la Confédération, à savoir l’OFEV.

L’EIE permet de vérifier si un projet est conforme aux dispositions légales en matière de protection de l’environnement. Les principaux domaines examinés sont : Flore, faune, milieux naturels Eaux souterraines Eaux superficielles et écosystèmes aquatiques Sols Bruit Paysages et sites (y. c. immissions de lumière)

Pour le dépôt en profondeur, l’EIE est réalisée en plusieurs étapes. Dans un premier temps, la Nagra effectue une « enquête préliminaire avec cahier des charges ». Celle-ci vise à indiquer les domaines environnementaux qui nécessitent des précisions en vue du rapport d’impact sur l’environnement (RIE). Les autorités fédérales prennent position et les cantons sont consultés. Dans un deuxième temps, la Nagra rédige le RIE 1ère étape avec un cahier des charges pour la 2e étape qui suit. Les autorités fédérales prennent également position sur le RIE 1ère étape et les cantons sont consultés. Sur la base du RIE 2e étape, les autorités fédérales évaluent la compatibilité avec l’environnement du dépôt en profondeur. De plus, elles déterminent les mesures qui doivent être mises en œuvre par la Nagra pour que le dépôt en profondeur puisse être construit dans le respect de l’environnement.
Articles similaires
Que pense la Suisse du dépôt en couches géologiques profondes ?
06.02.2024 #Personnes #Projet du siècle
Que pense la Suisse du dépôt en couches géologiques profondes ?

La Suisse s’estime en mesure de réaliser un projet du siècle : le dépôt en couches géologiques profondes. L’acceptation de celui-ci est élevée, aussi bien dans la région concernée que dans l’ensemble de la Suisse. C’est ce que montre un sondage national.

Harry Potter et les cristaux du Grimsel
18.12.2023 #Projet du siècle
Harry Potter et les cristaux du Grimsel

Savais-tu que le four à cristaux près du laboratoire souterrain du Grimsel est presque devenu le décor d’une scène d’Harry Potter ?

Nagra News – novembre 2023
30.11.2023 #Projet du siècle
Nagra News – novembre 2023