Harry Potter et les cristaux du Grimsel


Savais-tu que le four à cristaux près du laboratoire souterrain du Grimsel est presque devenu le décor d’une scène d’Harry Potter ?

Partager la page

Lumos !

Lumière pour une histoire magique. Pour une fois, sans le moindre déchet radioactif. Mais avec plusieurs barrières : les premières ont été crées par la nature – comme dans le cas du dépôt pour déchets radioactifs. Mais les autres ne sont pas des barrières techniques, comme les conteneurs prévus pour notre dépôt en couches géologiques profondes. Non, ce sont des barrières magiques.

Harry sentait une odeur de sel et entendait des vagues déferler. Une petite brise fraîche lui ébouriffa les cheveux lorsqu’il contempla devant lui une mer éclairée par la lune et un ciel parsemé d’étoiles. Il se tenait sur de hauts rochers sombres en saillie, au-dessus d’une eau bouillonnante d’écume.

Les fans inconditionnels de Harry Potter ont reconnu la scène depuis longtemps : nous nous trouvons avec Harry Potter et Albus Dumbledore, le directeur de Poudlard, en train de chasser les Horcruxes*. Cela se passe dans une caverne sans nom, que certains critiques de cinéma ont toutefois appelée « Crystal Cave », autrement dit, la caverne aux cristaux.

Mais ce que les fans ne savent pas : pour un peu, c’est le four à cristaux du Grimsel qui aurait servi de décor pour cette scène.

*Les Horcruxes sont des objets dans lesquels des mages noirs comme Lord Voldemort – l’ennemi juré d’Harry Potter – maintiennent une partie de leur âme en dehors de leur corps.

Munissez-vous de bière au beurre et de pâté à la courge, car notre responsable des affaires publiques Heinz Sager nous ouvre les portes de cette histoire jusqu’ici inconnue : Alohomora !

Pour arrêter le Seigneur des Ténèbres, Harry Potter se lance dans une chasse aux horcruxes avec son directeur d'école Albus Dumbledore.

Un appel et le cœur s’emballe

« En janvier 2007, j’ai reçu un appel d’une femme qui s’est présentée comme Sue Quinn », se souvient Heinz Sager. En anglais, elle  lui explique au téléphone qu’elle avait entendu parler d’un « fantastique four à cristaux » dans le Grimsel et qu’elle aimerait le visiter. « Cela ne m’a pas autrement surpris : Ce four à cristaux se trouve dans la galerie de la centrale de Hoberhasli. Aussi bien nous-mêmes que la Nagra proposaient déjà des visites guidées, dans le cadre desquelles ont pouvait aussi admirer le four à cristaux. Autrement dit, cette demande n’avait rien d’exceptionnel », précise Heinz Sager. « Mais lorsqu’elle ma confié la raison de son intérêt, j’ai senti mon cœur s’emballer. »

La faille de cristal du Grimsel.
Une beauté de la nature.

Un directeur artistique triplement oscarisé au Grimsel

Car Sue Quinn était la Supervising Location Director pour le tournage de « Harry Potter et le Prince de sang-mêlé ». C’est-à-dire le sixième épisode de la saga de l’apprenti sorcier, qui était déjà devenu une célébrité mondiale « Harry Potter au Grimsel ? » Heinz Sager lève les sourcils : « Nous avons tout de suite compris : ce serait un tout grand coup. »

Dans l’une des scènes de ce sixième épisode, le directeur de Poudlard Albus Dumbledore emmène son protégé en voyage. Les deux arrivent à un endroit peu accueillant : les rochers et l’eau bouillonnante forment des obstacles naturels très difficiles à franchir pour les Moldus (personnes sans pouvoirs magiques). Et aucun Moldu ne serait certainement parvenu à pénétrer dans la caverne, car à côté des risques pour sa vie, il aurait aussi fallu une bonne dose de magie.

Pour les deux magiciens Harry Potter et Dumbledore, en revanche, rien de plus facile. Ils entrèrent par une ouverture donnant dans une obscurité apparemment totale :

Un décor sombre : Une tâche difficile attend Harry Potter et Albus Dumbledore. Les Cliffs of Moher en Irlande constituent le décor original de cette scène impressionnante.

Ils eurent alors sous les yeux une vision étrange, effrayante : ils se trouvaient au bord d’un grand lac noir, si étendu que Harry ne parvenait pas à en distinguer la rive opposée, dans une caverne si haute que le plafond restait également hors de vue. Une lueur verdâtre, nébuleuse, brillait au loin, là où semblait se situer le centre du lac, et se reflétait dans une eau parfaitement immobile. Cette lueur et la clarté projetée par les deux baguettes étaient les seules sources lumineuses qui perçaient l’obscurité d’un noir satiné, mais leurs rayons ne parvenaient pas à pénétrer aussi loin qu’Harry l’aurait pensé. D’une certaine manière, l’obscurité était ici plus épaisse que la normale.

(Harry Potter et le prince de sang-mêlé, chapitre 26 « La caverne »)

Le décor de la grotte de cristal a orné la couverture rigide de l'édition allemande de Harry Potter et le Prince de Sang-Mêlé.

C’est donc ainsi que J.K. Rowling imaginait la caverne dans son livre. Les cristaux que l’on voit dans le filme ne sont toutefois pas totalement inventés. Dans le livre, la coupe dans laquelle la potion doit être bue au milieu de la caverne est en cristal :

Presque machinalement, Dumbledore brandit à nouveau sa baguette, décrivit un cercle dans les airs et prit la coupe de cristal qu’il venait de faire apparaître.

C’est certainement cette description qui a inspiré les cinéastes. Deux mois après le coup de fil de Sue Quinn à Heinz Sager, une partie de l’équipe de tournage a visité, en mars 2007, le laboratoire souterrain et le four à cristaux du Grimsel. « Nous devions monter avec le petit train, car il y avait encore de la neige », raconte Heinz Sager. « Cela montre aussi le statut de nos invités : des visites hors saison, nous n’en organisons vraiment que pour des VIP. »

Ce qualificatif est sans aucun doute justifié. Car le directeur artistique Stuart Craig était également de la partie. Ce Britannique avait déjà obtenu trois oscars pour son travail et était designer en chef de tous les films d’Harry Potter.

En mars 2007, Sue Quinn et son équipe de tournage ont visité la fissure de cristal du Grimsel.
Avec lui, Stuart Craig, lauréat de trois Oscars.

Tournage en été 2007

Pendant près d’une heure, Sue Quinn et son équipe de tournage ont examiné le four à cristaux sous tous les angles et ont pris des photos. Heinz Sager les accompagnait et a entendu quelques bribes de conversation : « Ils discutaient d’une scène dans laquelle Harry Potter devait s’enfuir à travers une caverne tapissée de cristaux. » Le problème : le four à cristaux a bien 14 mètres de longueur, mais pas plus d’un mètre de hauteur. Cela n’était toutefois pas été un problème, avait-on assuré à Heinz Sager. « On m’a expliqué que Daniel Radcliffe aurait été incrusté dans les images à l’aide de la technique dite de l’écran bleu ».

Les chances que l’acteur d’Harry Potter Daniel Radcliffe vienne en personne dans le Grimsel devenaient alors assez minces. Mais l’équipe de tournage trouva un angle dans le four à cristaux qui pourrait convenir pour les prises de vue. « Le soir, nous avons pris congé, et le lendemain, l’équipe est repartie », raconte Heinz Sager. On lui a encore dit que le tournage était prévu pour l’été 2007.

Le designer en chef Stuart Craig examine de près la combinaison de cristal.
L'équipe de tournage a réalisé plusieurs prises de vue sur place.

 

Le Grimsel est bien magique – mais seulement pour les Moldus

Cela n’a toutefois rien donné : « Deux semaines après cette visite, Sue Quinn m’a rappelé pour me dire qu’ils avaient trouvé au Mexique une grotte avec des cristaux de calcite qui convenait mieux. »

Finalement, on n’a pas non plus tourné au Mexique. Les cinéastes ont recréé un décor artificiel pour cette scène, en s’inspirant d’une grotte de sel, à Francfort.

Mais qui sait, peut-être les cristaux du Grimsel ont-ils quand même contribué à l’inspiration pour la scène définitive. La vidéo suivante offre d’ailleurs un regard en coulisses avec Stuart Craig :

Comment la grotte de cristal a été créée :

Et ensuite ?

La scène dans la caverne aux cristaux n’a donc pas été tournée au Grimsel. Et la mémoire de Heinz Sager n’a heureusement fait l’objet d’aucun sortilège, de sorte qu’il a pu nous raconter cette histoire un peu magique.

Mais nous avons laissé Harry Potter et Albus Dumbledore dans cette fameuse caverne aux cristaux :

Des entailles apparurent dans leurs guenilles ruisselantes, sur leur peau glacée, mais ils n’avaient aucun sang à verser ; ils continuaient d’avancer, insensibles à toute douleur, leurs mains ratatinées tendues vers lui. Il recula un peu plus loin et sentit alors des bras se refermer sur lui par-derrière, des bras sans chair, froids comme la mort. Ses pieds quittèrent le sol, ils le soulevaient et l’emportaient, lentement, inexorablement, en direction de l’eau. Il savait qu‘ils ne le lâcheraient plus, qu’il se noierait et deviendrait l’un des gardiens morts d’un fragment de l’âme éclatée de Voldemort…

Qu’advint-il ensuite de Harry Potter et de Dumbledore ? Eh bien, par la barbe de Merlin, nous n’en dirons rien ! Nous n’allons quand même pas vous révéler ici comment s’est soldée la chasse aux Horcruxes. Désolé, mais pas désolé.

Mais dites donc, c’est bientôt Noël : prenez quelques grenouilles en chocolat et haricots en gelée Bertie Botts de diverses saveurs, lisez les livres ou regardez les films – ou, pour les fans inconditionnels : repassez-les une xième fois !

Joyeux Noël !

Nox.

Photos: Nagra / © Warner Bros / Comet Photoshopping GmbH, Dieter Enz

Articles similaires
Création officielle des filiales de la Nagra pour la construction et l’exploitation du dépôt en couches géologiques profondes
20.06.2024 #Projet du siècle
Création officielle des filiales de la Nagra pour la construction et l’exploitation du dépôt en couches géologiques profondes
La Nagra ouvre ses archives géologiques
04.06.2024 #Projet du siècle
La Nagra ouvre ses archives géologiques

Après plus de 50 ans de recherches et investigations, la Nagra ouvre aujourd’hui ses archives de carottes de forage à Mellingen. Des milliers de carottes documentent les derniers 200 millions d’années de l’histoire géologique.

Que pense la Suisse du dépôt en couches géologiques profondes ?
06.02.2024 #Personnes #Projet du siècle
Que pense la Suisse du dépôt en couches géologiques profondes ?

La Suisse s’estime en mesure de réaliser un projet du siècle : le dépôt en couches géologiques profondes. L’acceptation de celui-ci est élevée, aussi bien dans la région concernée que dans l’ensemble de la Suisse. C’est ce que montre un sondage national.